16 octobre 2012, 16:10
Posté dans : Actualités

Mariage pour tous et homoparentalité

Notre société bouge généralement parce qu’il y a des avant-gardistes.

J’en suis très souvent un, mais cette fois, je revendique le droit à la résistance. Résistance devant l’atteinte à une valeur fondamentale de la société dans laquelle j’ai été élevé, et dont j’estime qu’on n’a pas évalué toutes les conséquences en matière de droit civil et généalogique, etc.

Entendons nous bien, je ne suis pas homophobe, et je laisse à chacun la liberté de vivre ainsi qu’il le sent, mais je n’admets pas l’intrusion dans cette institution fondamentale, d’une autre norme, alors qu’une extension Pacs aurait pu en permettre l’expression dans la coexistence ; d’autant plus que la plupart des partisans de cette révolution ont toujours considéré le mariage comme un acte ringard et dépassé.

On peut d’ailleurs s’interroger au plan philosophique sur cette volonté de confusion des sexes, au moment où ailleurs on exige la parité… !

Je ne prétends pas avoir raison et l’imposer aux autres, mais c’est chez moi un ressenti profond, celui du juriste comme de l’humaniste.

En ce qui concerne l’homoparentalité, le sujet est encore plus complexe dans notre société où l’enfant et ses droits sont au cœur de nos valeurs. Je ne veux pas prendre la responsabilité d’une telle modification sociétale, je ne m’en sens pas le droit.

En qualité d’officier public et de représentant de l’Etat, je me dois d’obéir à la loi, mais à titre personnel, je pense que la diversité de mon conseil municipal me permettra, sans doute de trouver des solutions plus conformes à ma conscience, si la loi n’institue pas un droit de réserve…

Laissez un commentaire

Ce billet a été publié le mardi 16 octobre 2012 à 16 h 03 il se trouve dans la catégorie Actualités.