Le Sénat vient d’adopter lors de sa séance du 31 janvier 2013, la proposition de loi de ma collègue Isabelle DEBRE, que j’avais cosignée, permettant aux allocataires du minimum vieillesse de cumuler leur allocation avec des revenus d’activité jusqu’à 1,2 SMIC pour une personne seule, et 1,8 SMIC pour un couple.

Vous pouvez retrouver cette PPL en cliquant ICI.

Protéger les plus fragiles de nos concitoyens a toujours été au coeur de l’action politique.

Des avancées importantes ont été obtenues concernant la réduction de la précarité grâce à la revalorisation de 25 % du minimum vieillesse et de l’allocation aux adultes handicapés. Le revenu de solidarité active a, quant à lui, permis de sortir 150 000 personnes de la pauvreté. Par ailleurs, grâce à l’élargissement de l’accès à l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé, le nombre de bénéficiaires, personnes dont les ressources sont faibles mais légèrement supérieures au plafond ouvrant droit à la couverture maladie universelle complémentaire, a augmenté de plus de 50 %. Enfin, la protection des ménages modestes passe aussi par une facilité d’accès aux logements du parc locatif social ; en 5 ans, ce sont près de 600 000 logements sociaux qui ont été construits, traduction d’une politique particulièrement volontariste dans ce domaine.

Si le taux de pauvreté semble aujourd’hui stabilisé, il nous faut cependant imaginer des solutions nouvelles qui permettront à nos concitoyens les plus modestes de recouvrer plus de pouvoir d’achat.

Une des solutions susceptibles de réduire plus encore le taux de pauvreté serait d’autoriser le cumul du minimum vieillesse avec les revenus professionnels tirés d’une reprise d’activité.

Le cumul d’une pension de retraite et de revenus professionnels est déjà possible pour les retraités du secteur privé et ceux du secteur public. Nous proposons d’étendre cette possibilité aux bénéficiaires du minimum vieillesse en neutralisant le caractère différentiel de l’allocation de solidarité aux personnes âgées pour les personnes qui reprennent une activité leur permettant d’accroître leurs revenus jusqu’à 1,2 Smic.

Laissez un commentaire

Ce billet a été publié le mardi 5 février 2013 à 14 h 57 il se trouve dans la catégorie Travaux législatifs.